• Accueil
  • > Non classé
  • > Un article écrit par Myriam Blal paru dans l’hebdomadaire marocain La vie économique le 28 décembre 2009

Un article écrit par Myriam Blal paru dans l’hebdomadaire marocain La vie économique le 28 décembre 2009

Expulsés de France : des jeunes Marocains à l’identité brisée

C’est l’histoire de jeunes Marocains  venus s’installer légalement en France à l’adolescence auprès de leurs familles, et qui se retrouvent brusquement chassés du territoire à l’âge adulte. Des jeunes qui se sont nourris et construits autour de la culture française, de son système éducatif, de ses codes et de ses valeurs, et qui se retrouvent contraints de quitter ce pays d’accueil pour un retour brutal et forcé dans leur pays natal, le Maroc. Une France qu’ils avaient fini d’apprivoiser, et au sein de laquelle se dessinaient pour eux de réelles perspectives d’avenir, à la hauteur de leurs efforts mobilisés  pour y parvenir. Samira Bobouch (expulsée le 17 novembre 2007) s’était fait une place au sein de l’association d’handicapés mentaux qui l’employait. Alaeddine El Jaadi (expulsé le 18 juin 2009) s’est découvert une passion pour le parkour (ndlr : sport inspiré de la pratique des Yamakasi), jusqu’à créer une association sportive qui organisait des spectacles pour la fête de quartier de fin d’année dans la ville de Lyon. Jusqu’à ce fameux jour où il se fait contrôler dans le métro, sans-papiers. Un simple contrôle qui le conduit du commisariat de police à l’un des fameux centres de rétention administrative français destinés aux étrangers qui n’ont pas le droit de séjourner sur le territoire français. Jusqu’à l’aéroport où il se retrouve sommé d’embarquer avec un aller simple et définitif vers le Maroc, le visage tuméfié et ensanglanté par les coups subis pour le forcer à partir. Hassan Bouyahiaoui (expulsé le 10 mars 2009) vit seul quant à lui dans une maison abandonnée, dans une situation de grande précarité.

Politique du chiffre aveugle face aux situations humaines
Comment la France, berceau des Droits de l’homme, en est-elle arrivée à désintégrer sans ménagement, et au nom de quotas annuels chiffrés d’expulsions, des Marocains entrés en France de manière légale pour rejoindre leur famille à l’âge de l’adolescence ?
 La lutte contre l’immigration clandestine constitue un objectif affiché par la majorité des pays industrialisés depuis les années 1971. Depuis quatre ans, en France, cette nécessité a pris la forme d’une politique chiffrée. Le 22 octobre 2003, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, demande aux préfets de doubler à court terme les expulsions d’étrangers en situation irrégulière. Un mois plus tard, la loi «relative à la maîtrise de l’immigration et au séjour des étrangers en France» est adoptée par le Parlement français ; elle permet à l’administration de bénéficier de larges moyens afin d’exécuter le programme de la politique chiffrée d’expulsion : accroissement de la durée maximale de rétention administrative, fichage systématique des demandeurs de titre de séjour.
Des pôles départementaux sont alors créés pour faciliter le retour aux pays des étrangers en situation irrégulière. À la fin de chaque année civile est fixé le chiffre des expulsions à réaliser : 15 000 en 2004, 20000 en 2005, 24000 en 2006, 28 000 en 2008, 30 000 en 2009. À leur 18 ans, l’arsenal législatif et réglementaire sur la situation des étrangers en France les rend illégaux et expulsables car, souvent, leurs demandes de régularisation sont rejetées.

Des requêtes et des lettres restées sans réponse
Membre active du réseau RESF de Rabat, Lucile Daumas précise que «le réseau ne souhaite pas rendre les exclusions faciles mais les empêcher», face à un gouvernement français insensible aux revendications du réseau. En témoigne l’envoi de lettres restées sans réponse au ministre français de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, Éric Besson. Du côté du gouvernement marocain, la situation semble évoluer positivement depuis le début du mois de novembre 2009.
L’association a obtenu un premier rendez-vous avec Mohammed Ameur, le ministre délégué chargé de la communauté marocaine résidant à l’étranger. La demande du réseau est double: d’un côté, il souhaite que l’instruction des dossiers des jeunes expulsés tienne compte de la situation humaine et sociale des jeunes, dans la mesure où le retour au pays les place souvent en grande situation de précarité. Leurs familles restent en France, et leurs chances de poursuivre leurs études ou de trouver un travail sont compromises. D’un autre côté, le réseau souhaite la création de structures d’accueil sociales afin de soutenir les nouveaux arrivants fraîchement débarqués. «M. Ameur a accueilli favorablement notre requête. Nous souhaitons faire comprendre aux gouvernements que nous gérons des hommes avant tout», souligne Mme Daumas. Actuellement, une vingtaine de personnes du réseau sont mobilisées pour accueillir les jeunes arrivés par bateau de Tanger ou par avion à Casablanca, lorsqu’ils sont prévenus de leur arrivée. Des jeunes qui passent une première nuit au commissariat, assortie depuis 2009 d’un passage devant le juge lorsqu’ils atterrissent -souvent menottés- à Casablanca, avant d’être récupérés par un membre du réseau ou par… personne.
«A côté de la vingtaine de cas que nous avons accueillis, de nombreux jeunes ne sont pas signalés. Nous ignorons totalement ce qu’ils deviennent». Depuis trois ans, seuls deux Marocains recensés par RESF sont parvenus à réintégrer le territoire français, et cela au prix de vastes campagnes médiatiques et de rassemblements massifs et indignés de citoyens français, devant les sièges des préfectures françaises.
Pour les autres, bloqués au Maroc, l’avenir est incertain et leur retour semble plus compromis, malgré les efforts déployés par RESF dans les deux pays. Il incombe désormais au gouvernement marocain de prendre ses responsabilités afin de trouver des solutions rapides à ces jeunes vies humaines en péril, et qui n’ont pas fini d’affluer sur le chemin du retour. D’autant plus qu’à travers les accords de réadmission (partenariat euro-méditerranéen de Barcelone notamment) signés entre les continents africains et européens, le Maroc a renforcé sa coopération depuis 2002 avec les puissances européennes, par l’adoption de mesures visant à lutter contre l’immigration.


Laisser un commentaire